10 janv. 2012

Grande amélioration des dettes à la consommation selon Equifax Canada - mais la viabilité est préoccupante

Toronto, ON, le mardi 10 janvier 2012 – Selon le rapport d’Equifax Canada sur les tendances nationales du crédit, il y a eu une amélioration « marquée » dans les défaillances et les faillites des consommateurs en 2011 après les montants élevés record observés au cours des deux années précédentes durant la crise financière.
 
Les défaillances à 90 jours et plus pour tous les produits de crédit (excluant les hypothèques) ont baissé pour atteindre le taux modéré de 1,4 pour cent – ce taux avait atteint un sommet à 1,8 pour cent au cœur de la récession. Cette amélioration de ,4 pour cent représente 1,9 milliard de dollars. Les faillites de consommateur ont également baissé de manière significative pour atteindre ce qui semble être le volume normal selon les chiffres enregistrés avant la récession.
 
« Malgré la réduction de 9 pour cent de la demande de nouveau crédit des consommateurs au 4e T de 2011, leur niveau d’endettement continue d’augmenter, mais  à un rythme plus modeste que par les années antérieures. Par exemple, la moyenne des soldes impayés pour tous les produits du crédit ont augmenté à un taux de 8 pour cent en 2010, alors que le taux de la hausse au 4e T de 2011 ait baissé de près de la moitié de cela. » fait remarquer Nadim Abdo, vice-président, Services de consultation et d’analyse, Equifax Canada. 
Pour les graphiques détaillés, veuillez consulter
 
www.equifax.com/international/canada/Consumer_Credit_Trends_Q42011_French.pdf
 
« Le seul produit qui affiche une réduction des soldes au cours de 2011, ce sont les cartes de crédit, ce qui est en grande partie attribuable aux modifications apportées à la loi et à certaines restrictions imposées aux émetteurs de cartes de crédit. Le rapport montre que la moyenne de la dette sur carte de crédit a baissé en de 3,4 pour cent en 2011 par rapport au 4e T de 2010. » ajoute monsieur Abdo.
 
Voici d’autres résultats dégagés de ce rapport :
  • La moyenne des prêts bancaires à tempérament a augmenté à un taux légèrement moindre que celui de l’an dernier, affichant une croissance de 3,4 pour cent par rapport au 4e T de  2010.
  • La moyenne des prêts bancaires renouvelables a augmenté à un taux bien plus faible que celui du 4e T de 2010, soit à 1,4 pour cent par rapport à 6,4 pour cent au 4e T de 2011.
  • La moyenne des dettes de financement des ventes a affiché une croissance à deux chiffres tout au long de 2011, soit 18,4 pour cent par rapport à 16 pour cent au 4e T de 2010.
« Bien que cela semble être de bonnes nouvelles pour le Canada, le taux d’endettement élevé moyen des Canadiens reste préoccupant. La principale crainte est la façon dont l’économie canadienne pourrait réagir face à des marchés mondiaux perturbés alors que l’on prévoit une hausse très marginale du PIB en 2012. Les Canadiens affichent des taux d’endettement élevés record, avec peu de marge de manœuvre. S’il devait y avoir une autre crise financière, nous pouvons nous attendre à de sérieuses pertes sur défaillances et faillites. »met en garde monsieur Abdo.